29 janvier 2010

SAVIGNAC Raymond


La vache roseposant sur un piédestal de Monsavon. Le monsieur chauve qui fait la grimace tandis qu’un cortège de voitures s’engouffre dans les oreilles de son crâne en oeuf de Pâques. Et la gitane de la SEITA ! De Cinzano à Bic en passant par Perrier et Aspro, les marques emblématiques de la France des Trente glorieuses n’auraient pas leur place dans l’imaginaire populaire sans Savignac. Raymond Savignac (1907 - 2002) a marqué l'histoire de l'affiche française avec sa poésie, son sens du raccourci et son humour joyeux. Raymond Savignac a réalisé plus de 600 affiches publicitaires dont les plus célèbres restent à ce jour "Monsavon" -le savon au lait se forme directement sous les pis d'une vache à l'air joyeux-, qui signa sa consécration en 1949, "Bic" -le bonhomme stylisé à la grosse tête ronde-, "Aspro" -une tête crispée par la douleur que traverse un flot de voitures et autres véhicules- ou encore le cognac "Hennessy" et l'affiche de "La Guerre des boutons".
 

Savignac_Bic_1956.jpg

Savignac - Affiche Bic - 1956

 

 

 

 

"L'affiche est un scandale visuel" Savignac

A 15 ans il décide d' arrêter ses études et veut être dessinateur. Il débute à la compagnie des Transports Parisiens comme dessinateur-calqueur et suit des cours du soir de dessin industriel. Admirateur de Chaplin il est influencé par son art : "C'est le goût du gag qui m'a amené à décomposer l'art de de Chaplin. Après, il ne m'a plus quitté. Mon but à été de mettre du cinéma dans mes affiches." Sa carrière démarre en 1935, lorsqu'il devient le collaborateur de Cassandre. Sa première commande était pour une marque de tapis dont le slogan dans le goût de l’époque était " Un tapis Vidal est un capital ". Cassandre lui laisse ensuite la confection de l’affiche du roquefort Marie Grimal, la première de Savignac affichée sur les murs. Deux ans plus tard, il vante les performances de l'autorail Paris-Lille qui reliait alors les deux villes en 2H25. Il retiendra de l'enseignement du maître que "l'affiche n'est qu'un moyen, un moyen de communication entre le commercant et le public; quelquechose comme le télégraphe. L'affichiste joue le rôle de télégraphiste : il n'émet pas de message, il le transmet. On ne lui demande pas son avis. On lui demande seulement d'établir une communication claire, puissante, précise.".Le départ de Cassandre en 1938 aux Etats-Unis mettra fin à leur collaboration. Suivront des années difficiles et de travaux alimentaires que Savignac lui même qualifie de sans intérêt.

 

 

 

 

 

cassandre_dubonnet.jpg

Affiche de Cassandre pour Dubonnet

 

"la décomposition de Dubonnet (de Cassandre) c'est formidable. Cela avait commencé l'année précédente par la décomposition du mot. Il a fait un arrangement graphique que je trouvais très bien phonétiquement. L'année suivante, il a fait ce petit personnage. C'est alors que j'ai commencé à comprendre un peu les choses et que je me suis dit pourquoi y a-t-il trois affiches ? Si on pouvait faire un raccourci aussi saisissant dans une seule affiche ce serait le "truc". Savignac

 

 

En 1948 il rencontre Villemot, un affichiste déja réputé qui l'invite à venir travailler dans son atelier. Leur exposition commune et surtout l'affiche Monsavon marque le début de son succès.Savignac le dit lui même : "Je suis né à l'age de quarante et un ans, des pis de la vache Monsavon." Savignac ne cessera plus d'être présent sur les murs, les palissades et dans le métro. Le zèbre de Cinzano, le mouton de la quinzaine de la laine, la gitane de la régie française, le monsieur au long nez qui hume air-wick, la vache coupée en deux du pot-au-feu Maggi, la bille "Bic", "Aspro", "Non à l'autoroute rive gauche" en 1971, autant d'oeuvres éphémères qui n'ont pas été oubliées, car les affiches de Savignac restent des modèles de gaieté, d'esprit et d'efficacité. Il a gravé dans notre imaginaire des gags visuels et des images d’une légèreté et d’une gaieté rarement égalées aujourd’hui. Raymond Savignac est le dernier d'une lignée de graphistes français, tels que Colin et Cassandre, qui tutoyaient l'art tout en s'adressant au commun des mortels...

 
 

villemot_savignac.jpg

Affiche de Villemot - Exposition Villemot-Savignac 1949 - Savignac Monsavon 1949

 
"L'affiche est un scandale visuel", disait cet artiste célébré pour sa poésie, son sens du raccourci et de l'humour. Pour lui, "la lecture de l'affiche doit être instantanée. En une fraction de seconde, l'homme de la rue doit percevoir ce qu'elle veut dire. L'affichiste doit donc dessiner gros: gros comme Guignol qui a du style et n'est jamais vulgaire" (in "Savignac Affichiste: un homme et son métier", éd. Robert Laffont). Modeste, Raymond Savignac soulignait que "c'est très difficile de trouver une idée toute bête, toute simple, claire et immédiatement perceptible" (entretiens avec Michel Bouvet, 1996) mais reconnaissait qu'il avait "constitué un petit espéranto graphique" compréhensible par tous: la clef de son succès

Posté par avrile à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur SAVIGNAC Raymond

Nouveau commentaire